top of page
Rechercher

Les femmes investissent moins que les hommes

Pourquoi les femmes investissent-elles moins que les hommes ?

Lors de notre webinaire de lancement, nous avons constaté, sans surprise, que l’investissement était de loin un sujet maitrisé par les femmes. (C’est d’ailleurs pour cela que nous avons créé F Zone.) Et même si la tendance s’inverse, les obstacles restent encore multiples. Dans notre article du jour, nous allons exposer les différentes raisons qui expliquent ce phénomène.



Avant de commencer, précisons ce que nous entendons par « investissement ». Selon F Zone, c’est toute opération qui permet d’augmenter votre capital financier et à terme votre patrimoine. L’investissement peut donc prendre plusieurs formes : acquisition ou création de biens matériels (exemple : produits), immatériels (exemple : éducation, formation), mobilières (exemple : placements financiers, actions) ou immobilières (exemple : appartement, immeuble).


23% des femmes investissent contre 37% des hommes
36% des entrepreneurs sont des femmes
Sur les 3 millions d’actionnaires en France, seuls 14% de l’actionnariat individuel serait des femmes.

Nous aurions voulu trouver des chiffres en ce qui concerne l’immobilier mais nous n’avons pas trouvé d’études à ce sujet. Il est cependant fort possible que les appréciations soient semblables.

Alors, pourquoi les femmes sont-elles si peu à investir? Voici 3 raisons.

#1 Une société à forte tendance patriarcale


La société occidentale dans laquelle nous vivons est connue pour son caractère patriarcale. Les textes de loi le prouvent depuis la déclaration des hommes et du citoyen.

Et, bien qu’une déclaration des droits de la femme et de la citoyenne soit parue en 1791, le code civil napoléonien de 1804 impose une domination de la puissance masculine envers la femme, en particulier l’épouse. En effet, il était commun à cette époque que le mari soit responsable de la communauté de biens du couple. De fait, les affaires financières et patrimoniales étaient également gérés par l’homme.

Il faudra attendre plus d’un siècle et demi pour voir une évolution du statut de la femme, tant en tant qu’épouse qu’en tant que citoyenne.

#2 Des droits civiques et sociaux encore à combattre


Le 08 mars 1982 est célébré la première journée internationale des droits de la femme. Cette journée est aujourd’hui un symbole. Elle rappelle aux femmes du monde entier les réalisations et les luttes passées d’autres femmes qui se sont bâties pour leurs droits.

En France, c’est seulement en 1965 que les femmes acquièrent le droit d’ouvrir un compte bancaire sans l’accord préalable de leur mari. C’est uniquement 2 ans plus tard qu’une loi est promulguée afin d’autoriser l’accès des femmes à la bourse. Sans parler de l’inégalité professionnelle qui ne permettait pas aux femmes d’occuper librement un emploi sans l’accord de leur mari. En somme, la situation était quelque peu compliquée.

Depuis, les droits des femmes ont évolués. Le corps législatif français a permis plusieurs accomplissements, positionnant la femme d’aujourd’hui comme « l’équivalent » de l’homme.

#3 Une éducation financière à parfaire


Un des freins des femmes à l’investissement est le manque de compétences à ce sujet. D’après une étude réalisée par UBS en 2020, 7 femmes sur 10 gèrent les dépenses quotidiennes, mais délèguent souvent à leur partenaire la planification financière ou les investissements sur le long terme. 82% des femmes pensent que leur conjoint possède une meilleure connaissance sur les placements financiers.